Va, poète, écris !

Ne cherchez pas, en vain, à vivre de ces signes,

En pâture, jetés comme à des chiens voraces.

Les mots sont abusés. Le lucre les encrasse :

Mercantile pillage ou bien plaie d’entre-ligne.
Qui veut bien recueillir, en ces maudites vignes,

Le sang frais des mots purs que le siècle, en impasse,

Détourne ainsi qu’un fleuve où plongent des rapaces ?

Bradés au médiocre, il est des mots très dignes
De l’estime de l’homme : eux seuls gardent encore,

Aux portes du silence, harmonieux l’accord

Signé entre coeur fou et sage conscience.
Va, poète, écris ! Les remparts de la pensée,

D’affiches, sont couverts… Si tu veux repousser

Les assauts du mensonge, honore l’alliance…
Patrice Cosnuau

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse des mots. Invitez-vous sur la piste, dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le temps d’Adonis

Naissance de Vénus