L’écrit se creuse…

L’écrit se creuse, le

Parlé, vert marin,

brûle dans les baies,
dans les noms

liquéfiés

les marsouins fusent,
dans le Nulle part éternisé, ici,

dans la mémoire des cloches

trop bruyantes – – mais où donc ?,
qui

dans ce

rectangle d’ombres,

s’ébroue, qui

sous lui

scintille un peu, scintille, scintille ?

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments