Tu n’es pas vaincu, sinon par le Seigneur

Or, tu n’es pas vaincu, sinon par le Seigneur,

Oppose au siècle un front de courage et d’honneur
Bande ton coeur moins faible au fond que tu ne crois,
Ne cherche, en fait d’abri, que l’ombre de la croix.
Ceins, sinon l’innocence, hélas ! et la candeur,
Du moins la tempérance et du moins la pudeur,
Et dans le bon combat contre péchés et maux
S’il faut, eh bien, emprunte à certains animaux,
Béhémos et Léviathan, prudents qu’ils sont,
Les armures pour la défensive qu’ils ont,
Puisque ton cas, pour l’offensive est superflu.
Abdique les airs martiaux où tu t’es plu.
Laisse l’épée et te confie au bouclier.
Carapace-toi bien, comme d’un bon acier,
De discrétion fine et de fort quant-à-moi.

Puis, quand tu voudras r’attaquer, reprends la Foi !

Voter pour ce poème!

Vous êtes le seul qui peut nous sauver de l'ennui mortel de ne pas avoir de commentaires sur notre poème. S'il vous plaît, faites-nous cet honneur.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments