L’anneau madré qui le doigt environne

L’anneau madré qui le doigt environne,
Le petit doigt de vôtre main senestre
Par sa rondeur, le parfait de son estre,
L’heureuse fin de nos amours couronne.

Pourquoy estce que souvent je m’étonne
D’avoir mon coeur en si bon lieu pu mettre,
Que je n’en soy’ aucunement plus maistre,
Et moins de moy, qui le vous abandonne ?

Faites ainsi du vôtre en mon endroit,
Dame, pour qui ma jeunesse voudroit
Les passions d’Ixion endurer.

Envoyés moy, si voulés que je vive,
L’un de ces deux : ou n’en seriés hastive,
Rien ne me sert de le plus esperer.

Les Erotasmes de Phydie et Gelasine

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Philibert Bugnyon

Poemes Philibert Bugnyon - Découvrez les œuvres poétiques de Philibert Bugnyon

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une aventure. Embarquez avec nous en laissant votre trace.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Quand je suis au bord de la mer

Au Reichstag