Elle pleurait, toute pâle de crainte

Elle pleurait, toute pâle de crainte,
Lors que la Mort sa moitié menaçait,
Et tellement l’air de cris remplissait
Que la Mort même à pleurer eut contrainte.

Hélas ! mon Dieu, que sa grâce était sainte !
Que beau son teint, qui les lys effaçait !
Le trait d’Amour cependant me blessait,
Et dans mon âme engravait sa complainte.

L’air en pleurant sa douleur témoigna,
Le beau soleil de pitié s’éloigna,
Les vents émus retenaient leurs haleines,

Et sur la terre où tombèrent les pleurs
De ses beaux yeux, amoureuses fontaines,
Tout s’émailla de verdure et de fleurs.

Les amours de Diane

Voter pour ce poème!

Philippe Desportes Apprenti Poète

Par Philippe Desportes

Philippe Desportes, né à Chartres en 1546 et mort à l'abbaye Notre-Dame de Bonport le 5 octobre 1606, est un poète baroque français. Surnommé le « Tibulle français » pour la douceur et la facilité de ses vers, il fut abbé de Tiron, lecteur de la chambre du Roi et conseiller d'État.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont la mélodie de notre poésie. Faites résonner votre voix.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

19 – Fille brune, fille agile, le soleil qui fait les fruits…

Exhortation