La fleur d’orange

Madrigal.

Du palais d’émeraude où la riche nature
M’a fait naître et régner avecque majesté,
Je viens pour adorer la divine beauté
Dont le soleil n’est rien qu’une faible peinture.
Si je n’ai point l’éclat ni les vives couleurs
Qui font l’orgueil des autres fleurs,
Par mes odeurs je suis plus accomplie,
Et par ma pureté plus digne de Julie.
Je ne suis point sujette au fragile destin
De ces belles infortunées,
Qui meurent dès qu’elles sont nées,
Et de qui les appas ne durent qu’un matin ;
Mon sort est plus heureux, et le ciel favorable
Conserve ma fraîcheur et la rend plus durable.
Ainsi, charmant objet, rare présent des cieux,
Pour mériter l’honneur de plaire à vos beaux yeux,
J’ai la pompe de ma naissance,
Je suis en bonne odeur en tout temps, en tous lieux ;
Mes beautés ont de la constance,
Et ma pure blancheur marque mon innocence.
J’ose donc me vanter, en vous offrant mes vœux,
De vous faire moi seule une riche couronne,
Bien plus digne de vos cheveux
Que les plus belles fleurs que Zéphire vous donne :
Mais, si vous m’accusez de trop d’ambition,
Et d’aspirer plus haut que je ne devrais faire,
Condamnez ma présomption,
Et me traitez en téméraire ;
Punissez, j’y consens, mon superbe dessein
Par une sévère défense
De m’élever plus haut que jusqu’à votre sein ;
Et ma punition sera ma récompense.

Voter pour ce poème!

André Velter Apprenti Poète

Par Pierre Corneille

Pierre Corneille, aussi appelé « le Grand Corneille » ou « Corneille l'aîné », né le 6 juin 1606 à Rouen et mort le 1ᵉʳ octobre 1684 à Paris, est un dramaturge et poète français du XVIIᵉ siècle.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La plume est votre épée, le commentaire est votre bouclier. Défendez la beauté de la poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Je ne puis aimer

La mort du Roi Louis XIII