Front de Nuages

Sous le vent qui chasse

Sous le vent qui chante

Le vent de la mer
Le cour lourd dépasse

L’esprit qui le hante

Le temps est amer
Le ciel bas se masque

Et l’espoir se lasse

Dans mes yeux ouverts
J’attends que tout passe

Ma douleur plus basse

Sous le front couvert
Aucun secret dans les rides inextricables de tes mains

Aucun regret dans ton regard qui ouvre le matin

Même l’oubli du sang qui coule goutte à goutte des

sources du destin.

Pierre Reverdy
Nature

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments