Le Même Numéro

Les yeux à peine ouverts
La main sur l’autre rive

Le ciel
Et tout ce qui arrive

La porte s’inclinait
Une tête dépasse

Dans le cadre

Et par les volets

On peut regarder à travers

Le soleil prend toute la place

Mais les arbres sont toujours verts
Une heure tombe
Il fait plus chaud

Et les maisons sont plus petites

Ceux qui passaient allaient moins vite

Et regardaient toujours en haut
La lampe à présent nous éclaire

En regardant plus loin

Et nous pouvions voir la lumière
Qui venait

Nous étions contents
Le soir
Devant l’autre demeure où quelqu’un nous attend

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

S'il vous plaît, donnez-nous votre avis sur ce poème! Nous sommes mourant de savoir ce que vous en pensez!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments