Tumulte

La foule descendait plus vite et en criant. Ils venaient tous du fond, de derrière les arbres, de derrière le bois du cadre, de la maison.
Chaque visage blanc avait un regard animé — et sur leurs traces les paroles plus lourdes s’effaçaient. Au bruit qui se fit dans le coin le plus sombre tout s’arrêta, tout

le monde s’arrêta, même celui dont les yeux étaient tournés vers la muraille. Et alors, à cause du vent, les fleurs de la tapisserie et des étoffes

remuèrent.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments