La douleur,

des fois c’est à vomir, trop à voir, à ressentir,

mon cœur a mal à la tête et ma tête a

des haut-le-cœur.

Mais les amibes de nos amis sont nos amibes, et

quand ceux que j’aime s’abîment et tombent

dans leurs petits abîmes, avec eux je tombe

aussi, mais seul je tombe à côté,

et j’ai peur de les perdre,

c’est toujours pareil, un beau jour de

calendrier, il y a eu quelque chose

de cassé,

aucune vitre ne me reste tellement elle

a été brisée, qui, la vitre,

quelle vitre, quelle huître,

le vitrier est un ouvrier,

lliuîtrier est un oiseau,

et les huîtriers du
Congo tombent

de vertige des roseaux,

rien à faire quoi qu’on dise,

se taire,

je ne suis pas le aujourd’hui, je suis

le hier, et demain je

le refuse des deux mains.

Dès demain j’essaierai

mais qu’est-ce que j’essaierai…

A Propos de l'Auteur

Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des