Le feu

Lorsqu’en léthargie le fen sommeille

sous les herbes rasées par les brûlures

les pas dans la poussière des hommes

font lever les oiseaux assoiffés

gymnote rouge la flamme parle

aux sons qui s’enfuient des poteaux électriques

l’été qui donc meurt sous le chaume?

l’hiver jette la braise dans le foyer gelé

reliquaire brillant d’anciens soleils

déteints dans les terrains bourbeux

le charbon se casse comme la nuit des pôles

moucherons endormis dans l’ombre de
Dantzig

bulle enclavée dans le cristal

palimpsestes témoins des forêts de résine

l’activité du ciel donne à tous le courage

sous la poussée du tonnerre vers le sol

l’éclair une fleur un cœur

dans nos mains rouge comme est devenu

Voter pour ce poème!

Raymond Queneau Apprenti Poète

Par Raymond Queneau

Raymond Queneau, né au Havre le 21 février 1903 et mort à Paris 13ᵉ le 25 octobre 1976, est un romancier, poète, dramaturge français, cofondateur du groupe littéraire Oulipo.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Le silence est l'ennemi de la poésie. Libérez votre voix, comme Baudelaire dans un jardin des mots.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Maigrir

La paix est dans le bois…