Prélude

 

Elles viennent de mon coeur
Ces gouttes de rosée lumineuse
Quand la douleur se disperse
Dans le vent de tes yeux.

Comme un souffle léger
La vie sourit
A cette âme qui flâne
Dans les déserts indifférents.

La nuit ferme ses yeux
Et cache son visage
Derrière un autre frémissement.

Prélude d’amour
Dans la tranchée des vivants
Les lèvres de l’univers
Frôlent les délires du corps
Et éclosent les paupières du monde.

Mes pensées rejoignent la mer
Et y plongent leurs rêves
Avec la blancheur d’un frisson inconnu.

Une vague profonde
Couchée dans la mousse de son bleu
Se brise sur les rochers d’un souvenir
Et réveille une flamme.

Voter pour ce poème!

Renato Villani Poète en Herbe

Par Renato Villani

Italien de naissance, j’ai suivi mes études à la Faculté de Langues & Littératures Etrangères à Bari (Italie).
Licencié en français et en anglais, titularisé en Langues & Littératures Etrangères en 1982, Professeur de littérature française depuis lors.
Je cultive ma passion pour l’écriture poétique dès l’âge de huit ans, plus tard je me passionne aussi pour la culture française….
Poète et membre sociétaire de la Société des Poètes Français depuis 2019.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre, comme Apollinaire dans la nuit.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le Mariage de Rutebeuf

Eternité