Fatalité

Sonnet.

Que n’ai-je appris l’amour sous un regard moins beau !
Je n’aurais pas traîné si longtemps sur la terre
Cet âpre souvenir, le seul que rien n’altère,
Et qui, le plus lointain, me soit toujours nouveau.

Hélas ! je ne peux pas souffler comme un flambeau
L’œil bleu, pâle qui luit dans mon cœur solitaire ;
On ne se remplit pas d’une nuit volontaire,
Pas même en se voilant des ombres du tombeau.

Que n’ai-je, comme eux tous, aimé d’abord la grâce,
Non la grande beauté qui fait mal, qui dépasse
L’horizon du désir et la force du cœur !

J’eusse aimé librement selon ma fantaisie ;
Mais l’amante que j’ai, je ne l’ai pas choisie,
Je ne pourrais pas plus la changer que ma sœur.

Voter pour ce poème!

Le poème est un voyage, une aventure de l'esprit. Partagez votre voyage en laissant votre trace ici

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments