La Clairière

Le socle sans statue, à l’ombre de ces arbres

S’enfonce dans le sol un peu plus chaque jour

Sous l’invisible poids d’un fantôme de marbre

Qui le piétine et le talonne et se fait lourd.
À moins qu’en s’en allant vers un fatal banquet

Le commandeur ne l’ait renvoyé au naufrage.

Comme un caillou qu’on jette à l’eau, du bord des plages,

Il fait mouche à sa cible et rejoint son reflet.
Mais je devrais entendre, au moins, près de l’étang

La fanfare sonnée par Don Juan qui l’invite…

La voici, les échos la portent, je l’entends.

Je sens sous mes deux pieds la terre qui palpite.

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Au temps des donjons

Avec ton parapluie…