Si je pouvais porter dedans le sein

Sonnet XXIII.

Si je pouvoy’ porter dedans le sein, Madame,
Avec mon amitié celle que j’ayme aussi,
Je ne me plongeroy au curieux souci
Qui dévore mes sens d’une ennuyeuse flamme.

Doncques pour arrester l’aiguillon qui m’entame
Donnez moy ce pourtraict, où je puisse transy
Effacer vostre teint d’un désir endurci,
Dévorant vos beautez de la faim de mon âme.

Mourir comme mourut Laodamie, alors
Que de son ami mort elle embrassa le corps,
De ses ardents regrets réchauffant cette glace,

Mourir vous contemplant, de joye et de langueur.
J’ai bien dessus mon coeur portraicte vostre face
De la main de l’amour, mais vous avez mon coeur.

Voter pour ce poème!

Théodore Agrippa d'Aubigné Apprenti Poète

Par Théodore Agrippa d'Aubigné

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un homme de guerre, un écrivain controversiste et poète baroque français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est un voyage dans notre univers. Partez à l'aventure avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ronsard si tu as su par tout le monde épandre

Si mes vers innocents ont fait à leur déçu