Si mes vers innocents ont fait à leur déçu

Sonnet XCII.

Si mes vers innocents ont fait à leur déçu,
Courroucer votre front d’une faute imprudente,
C’est l’amour qui par eux votre louange chante :
Amour a fait du mal, si du mal y a eu.

Lichas l’infortuné porta ainsi déçu,
Au fils d’Amphitryon la chemise sanglante,
Telle fut la prière, et folle et ignorante,
De la mère de Dieu par la foudre conçue.

Vous avez à l’amour bandé l’âme et la vue,
L’amour a de raison la mienne dépourvue :
Si nous avons failli, d’où viendra le défaut ?

Excusez les effets de l’amour aveuglé,
Excusez la fureur ardente et déréglée,
Puisque ce n’est pas crime où l’innocence faut.

Voter pour ce poème!

Théodore Agrippa d'Aubigné Apprenti Poète

Par Théodore Agrippa d'Aubigné

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un homme de guerre, un écrivain controversiste et poète baroque français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Soyez le soleil de notre poésie, brillez sur nos pages avec vos mots chaleureux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Si je pouvais porter dedans le sein

Si vous voyiez mon coeur ainsi que mon visage