dans , , , ,

Albertus, LXXII

Malheur, malheur à qui dans cette mer profonde
Du coeur de l’homme jette imprudemment la sonde !
Car le plomb bien souvent, au lieu du sable d’or,
De coquilles de nacre aux beaux reflets de moire,
N’apporte sur le pont que boue infecte et noire.
Oh ! si je pouvais vivre une autre vie encor !
Certes, je n’irais pas fouiller dans chaque chose
Comme j’ai fait. Qu’importe après tout que la cause
Soit triste, si l’effet qu’elle produit est doux ?
Jouissons, faisonsnous un bonheur de surface ;
Un beau masque vaut mieux qu’une vilaine face.
Pourquoi l’arracher, pauvres fous ?

Albertus

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments