À Edmond et Jules de Goncourt

Comme sur un beau lac où le feuillage tremble,

Deux cygnes dans l’azur au loin voguent ensemble ;

Comme deux fiers chevaux, buvant au flot des airs,

Courent échevelés dans le feu des déserts ;

Comme en un bas-relief plus blanc que les étoiles,

S’avancent le front haut deux vierges aux longs voiles ;

Comme deux vers jumeaux volent d’un même essor,

Attachés par la Rime avec des liens d’or ;

De même, avec amour, frères, vos deux pensées

Marchent d’un pas égal, l’une à l’autre enlacées.

O poëtes heureux ! comme dans votre esprit,

Le même ardent rayon sur vos lèvres fleurit,

Et, par un double effort, vos âmes fraternelles

Vers le même Idéal ensemble ouvrent leurs ailes !
Mai 1855.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des échappatoires vers d'autres mondes. Ouvrez une porte, comme le faisait Saint-Exupéry, et entrez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Sans délire

Et La