Le Vin de l’Amour

Accablé de soif, l’Amour

Se plaignait, pâle de rage,

A tous les bois d’alentour.

Alors il vit, sous l’ombrage,

Des enfants à l’oeil d’azur

Lui présenter un lait pur

Et les noirs raisins des treilles.

Mais il leur dit : Laissez-moi,

Vous qui jouez sans effroi,

Enfants aux lèvres vermeilles !

Petits enfants ingénus

Qui folâtrez demi-nus,

Ne touchez pas à mes armes.

Le lait pur et le doux vin

Pour moi ruissellent en vain :

Je bois du sang et des larmes.
Juin 1847.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est un voyage dans notre univers. Partez à l'aventure avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Locusta

Noire poison, tu ne fais demeurance