Monsieur Homais

« Lisez Voltaire, disait l’un… »

Gustave Flaubert, Madame Bovary.
Non, Homais ne mourra jamais !

Il revient en Croquemitaine.

Ce faux Arouet, c’est Homais :

Non, Homais ne mourra jamais.

Il prend peu de mitaines ; mais

On dit qu’il a pour ami Taine.

Non, Homais ne mourra jamais !

Il revient en Croquemitaine.

Janvier 1859.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments