Les trois hymnes primitifs

Les trois hymnes primitifs que les trois Régents avaient nommés : Les Lacs, l’Abîme, Nuées, sont effacés de toutes les mémoires. Qu’ils soient ainsi recomposés :
Les lacs
Les lacs, dans leurs paumes rondes noient le visage du Ciel :
J’ai tourné la sphère pour observer le Ciel.
Les lacs, frappés d’échos fraternels en nombre douze  :
J’ai fondu les douze cloches qui fixent les tons musicaux.
o
Lac mouvant, firmament liquide à l’envers, cloche musicale,
Que l’homme recevant mes mesures retentisse à son tour sous le puissant Souverain-Ciel.
Pour cela j’ai nommé l’hymne de mon règne : les Lacs.
L’abîme
Face à face avec la profondeur, l’homme, front penché, se recueille.
Que voit-il au fond du trou caverneux ? La nuit sous la terre, l’Empire d’ombre.
o
Moi, courbé sur moi-même et dévisageant mon abîme, — ô moi ! — je frissonne,
Je me sens tomber, je m’éveille et ne veux plus voir que la nuit.
Les nuées
Ce sont les pensées visibles du haut et pur Seigneur-Ciel.
Les unes compatissantes, pleines de pluie. Les autres roulant leurs soucis, leurs justices et leurs courroux sombres.
o
Que l’homme recevant mes largesses ou courbé sous mes coups connaisse à travers moi le Fils les desseins du Ciel ancestral.
Pour cela j’ai nommé l’hymne de mon règne : Nuées.

Voter pour ce poème!

Victor Segalen Apprenti Poète

Par Victor Segalen

Né à Brest en 1878, médecin de marine, archéologue, critique d'art, Victor Segalen est avant tout poète. Pour lui, vivre, voyager et écrire ne font qu'un. Sa vie est marquée par le mystère : écrivain du secret, il en protège l'intimité et meurt à quarante et un ans dans la forêt du Huelgoat, d'une mort aussi insolite que son oeuvre.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une boussole dans notre univers poétique. Orientez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

à la rencontre des prophètes du passé,

Bienvenue et adieu