Un bon métier

Pas ça, vieux gâs ! V’là qu’tu prends d’l’âge,

Faudrait vouèr à vouèr à t’caser ;

Tant qu’à faire, aut’ part qu’au village,

Pasqu’au villag’ faut trop masser

Pour gangner sa bouguer’ de vie !

Dis donc, ça n’te fait point envie ?…

Si j’étais que d’toué, j’me mettrais

Curé !
Tu f’rais tes class’s au séminaire

Où qu’nout’ chât’tain, qu’est ben dévot,

T’entertiendrait à ne rien n’faire ;

Et tu briff’rais d’la tête d’vieau,

Du poulet roûti tout’ la s’maine,

En songeant qu’d’aucuns mang’nt à peine…

Si j’étais que d’toué, j’me mettrais

Curé !
Et pis, quand t’aurais la tonsure,

Tu rabed’rais vouèr au pat’lin

Où qu’l’existenc’ nous est si dure,

Où qu’all’ t’s’rait agréable à plein…

Tu fourr’rais du foin dans tes bottes,

Avec les sous des vieill’s bigottes…

Si j’étais que d’toué, j’me mettrais

Curé !
Tu prêch’rais l’abstinence en chaire,

Et tu f’rais maigr’ les venterdis…

Tout’s les fois qu’la viand’ s’rait trop chère ;

Tu confess’rais l’mond’ du pays

Et, dans l’tas des fill’s brun’s ou blondes,

Gn’en a pas mal qui sont girondes

Si j’étais que d’toué, j’me mettrais

Curé !
Tu s’rais queuqu’un dans la commune ;

Monsieu l’Maire s’rait ben avec toué,

Et j’profit’rais d’cette bonn’ fortune

Pour am’ner un ch’min d’vant cheu moué…

Dam, fais c’que tu veux, j’forc’ parsonne !

Mais v’là l’bon conseil que j’te dounne :

si j’étais que d’toué, j’me mettrais

Curé !
Gaston Couté

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments