Faust

Ô Faust, ta lampe blême expire de sommeil ;
La page où tu lis tourne au vent frais de l’aurore.
Lève le front, regarde… au chant du coq sonore
La face du seigneur monte dans le soleil !

Pendant qu’au pavé nu tu crispes ton orteil,
Vois, le monde tressaille, heureux d’un jour encore.
Ta vie est un serpent maudit qui se dévore.
……………………………………………

Ton âme ? Ta science affreuse l’a tuée.
Ta raison ? Laisse là cette prostituée
Qui s’est donnée à tous, et qui n’a point conçu.

Mais Hélène aux bras blancs passe au loin sur la grève,
Et ton coeur, ton vieux coeur à la fin se soulève,
Devant le corps divin voilé d’un long tissu,

Vers le seul rêve humain qui n’ait jamais déçu.

Symphonie héroïque

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments