Espérance

Qu’il était fatigué ce soir

Au moment de son arrivée !

À mes côtés il vint s’asseoir ;

Sa journée était achevée.
Je lui dirais : « Vous êtes bon ! »

Car je n’osais pas tout lui dire,

Hélas !… et lui répondait : « Non ! »

Avec son plus charmant sourire.
Puis il lui fallut s’en aller,

Quoiqu’il en eût bien peu d’envie.

Et, moi, je l’écoutais parler

Tout émue et toute ravie ;
Tandis qu’en ces instants si courts

J’entendais, du moins il me semble,

Son cœur qui me criait : Toujours !

Le mien qui murmurait : Ensemble !
Août 18…

Voter pour ce poème!

Louisa Siefert Apprenti Poète

Par Louisa Siefert

Louisa Siefert, née à Lyon le 1er avril 1845 et morte à Pau le 21 octobre 1877, est une poétesse française.
Louisa Siefert (1845 - 1877) était une poétesse française qui a laissé une poésie empreinte de douleur mais soutenue d’un vif spiritualisme protestant. Son premier recueil de poèmes, Rayons perdus, paru en 1868, connaît un grand succès. En 1870, Rimbaud s'en procure la quatrième édition et en parle ainsi dans une lettre à Georges Izambard : « J'ai là une pièce très émue et fort belle, Marguerite […]. C'est aussi beau que les plaintes d'Antigone dans Sophocle.»

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots ont le pouvoir de réveiller l'esprit, tel un élixir de Voltaire. Osez commenter.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A monseigneur le Dauphin

Le cap Trinité