Vésuve

Vésuve,

 

Les cendres pleuraient de son œil,
avec d’incandescentes laves,
couvrant d’inconscience, de deuil
tous les habitants, esclaves,
d’un sommeil saisi dans l’instant
reste un très sombre cauchemar,
et si jamais plus aucun printemps
ne venait reverdir en mars,
si trop épaissie de poussières
la pluie refusait de tomber,
des réserves de blés, la misère
en viendrait à bout dès l’été,
on entendrait, plaintes de bêtes
et pleurs d’enfants dès le matin,
aux dieux une seule requête,
qu’un autre malheur se survint,
alors figés de cet espoir,
continuent couchés ensembles
ces deux témoins de l’histoire
blottis sans un mot, ils semblent
témoigner encore de l’étuve
où leur amour d’hommes nous dit,
qu’ils sont les amants du Vésuve…

 

 

Voter pour ce poème!

zeugma Maître Poète

Par zeugma

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre plume est la magie de notre communauté. Partagez vos enchantements.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Lieux-dits

L’inutile