Mélo

Tendre mélo : je suis mon fils et mon ancêtre.
Mon cœur se vide et mon crâne est trop plein.
J’obéis au hasard : je deviens le poulain, je me change en proverbe, j’imite quelques

mots qui gigotent dans l’herbe, m’enivrant chaque jour d’une image fantasque.
Mon œuvre

d’art est de mettre le masque sur mon esprit qui connaît le déclin.
J’oppose à l’horreur d’être un honneur de paraître.

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Te souviens-tu ?

Fleurs et couronnes