Petit destin

Je reste indifférent à mon destin.

Je suis assis comme une bûche auprès du feu.

Je respire avec peine

et songe à ne pas trop songer.

Vous m’amputez d’un bras ?

Ce n’est pas grave : il était inutile.

Vous me privez de l’esprit et de l’âme ?

Tant mieux : ils n’avaient plus d’emploi.

Je lis dans le journal

que l’univers est bien portant :

ces erreurs, ces mensonges

me réconfortent.

La clinique refuse de m’admettre :

très bien, je dormirai sur le trottoir.

Les voisins me demandent,

une dernière fois, de polir quelques mots :

les uns sont authentiques

et les autres pipés.

Mon destin traîne

comme un bandage autour de mon thorax.

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aimer est un destin charmant

Qu’il soit permis au folâtre poète…