Qu’il soit permis au folâtre poète…

Qu’il soit permis au folâtre poète,
En recordant son amour passager,
Mille discours fabuleux ménager,
Et se trompant que son heur il trompette,

De mes Amours, jouir, je ne projette,
Je ne veux point si avant me plonger
Dedans les flots d’un espoir mensonger,
Loin, loin de moi cette erreur je rejette.

D’un bel objet mon âme se repaît,
Un doux baiser tant seulement lui plaît,
Ni pour cela ne doit être reprise.

Que si tu veux en savoir le pourquoi,
Je te dirai, pauvre amoureux : hé quoi !
Mieux vaut la chasse en l’amour que la prise.

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Petit destin

Vision sombre ! un peuple en assassine un autre