dans , , , , ,

Le cyanure de l’ego

Je scandalise le vandale médium du souci.

Gorge fatale, torche de guano allumée dans l’orgie,
L’erotique torpeur défend ses chiens de la gangrène du

bien.
Et le condor régnant, décapité
Par moi, son boy, le condor de la sagesse,
Fatras frotté de fèces,
Vampire du
Kansas et de l’exception
Goitreux, nécrophile, claudicant,
Passe à l’ennemi de ma chance, gâteux se prostitue.
Fama s’abandonne à la poupe, se pâme
Et gît, sillonnée d’éternel lait, sur le sol du refus

Tandis que s’agite, fanatisée,

L’eau du désespoir, néant du parricide

Et qu’épouvanté je me vois au fond du non-savoir.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments