Le cyanure de l’ego

Je scandalise le vandale médium du souci.

Gorge fatale, torche de guano allumée dans l’orgie,
L’erotique torpeur défend ses chiens de la gangrène du

bien.
Et le condor régnant, décapité
Par moi, son boy, le condor de la sagesse,
Fatras frotté de fèces,
Vampire du
Kansas et de l’exception
Goitreux, nécrophile, claudicant,
Passe à l’ennemi de ma chance, gâteux se prostitue.
Fama s’abandonne à la poupe, se pâme
Et gît, sillonnée d’éternel lait, sur le sol du refus

Tandis que s’agite, fanatisée,

L’eau du désespoir, néant du parricide

Et qu’épouvanté je me vois au fond du non-savoir.

Voter pour ce poème!

Nérée Beauchemin Apprenti Poète

Par Alain Jouffroy

Alain Jouffroy est un poète, écrivain et critique d'art français né le 11 septembre 1928 à Paris et mort le 20 décembre 2015 dans la même ville.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont la mélodie de notre poésie. Faites résonner votre voix.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Quand ce brave séjour, honneur du nom Latin

Que j’aurais les esprits contents