La porte bat

La por por porte por
La fe ne tre
Sur l’odeur arrière du limurerre
Qui me rappelle
Milady de
Winter
Lissant son cheautru derrière les losanges de la pluie
Brifrouse-bifrousses le plancher est si vieux
Qu’à travers on voit le feu de la terre
Toutes les belles à leur coumicouroir
Comme les hirondelles
Sur les fils où je joue dans les gouttes
D’un instrument inconnu
Oum yoblisoett iste
Au cœur de ce nœud de serpents
Qu’est la croix ses quatre gueules fuyantes suspendues aux pis cardinaux

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le chat (1)

Le cheval