L’éclair est dans les chaînes

L’aube ouvre ses mâchoires sur l’abîme

L’éclair est dans les chaînes

Tous nos roseaux s’enlisent

Je ne suis que ce corps

qui s’enfonce comme une vrille

Je troue la terre de part en part.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments