Regarder la nuit

Laissant l’aurore à ses arpents

La
Nuit se dissipa dans le tissu de l’air

Assurée que ses filaments d’ombre se rallieraient bientôt à son appel
La
Nuit s’adonna à l’exil provisoire

Observant sans trouble
Les nécessaires pèlerinages du
Matin.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments