Reve

Nous sommes sur un bateau, très nombreux mais debout.

Serrés, les uns contre les autres, bien plus serrés encore que dans le
Métro, aux « heures de pointe ».

Une voix réclame une cabine, une autre parle du prochain port.

Aucune réponse.

Une voix encore, inquiète, angoissée :

«et le mal de mer alors!»

Alors c’est le tangage, le roulis et puis…

et puis je me réveille avant que le rêve ne devienne, peut-être, écœurant cauchemar.

(Lundi 10 juin 1974)

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments