Petite tête sans cervelle

C’est un vélo volé et secoué par le vent

un enfant est dessus qui pédale en pleurant

un brave homme derrière lui le poursuit en hurlant

Et le garde-barrière agite son drapeau

l’enfant passe quand même

le train passe sur lui

et le brave homme arrive en reprenant son souffle

contemplant sa ferraille

n’en croyant pas ses yeux

Les deux roues sont tordues

le guidon est faussé

le cadre fracassé

le lampion en charpie

et la bougie en miettes

Et ma médaille de
Saint-Christophe

où est-elle passée

vraiment il n’y a plus d’enfants

on ne sait plus à quel saint se vouer

on ne sait plus que dire

on ne sait plus que penser

on ne sait plus comment tout ça va finir on ne sait plus où on en est vraiment

Quelle bande de ons

dit le garde-barrière en pleurant.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments