De la gentille et rare mademoiselle colletet

Encore que l’Histoire allègue

Que le grand
Moïse était bègue,

Grand
Saint-Amant, je n’en crois rien,

Puisque dans tes beaux
Vers il s’explique si bien.

Bouche, en merveilles sans seconde,

Moïse bégayait, l’Ecriture en fait foi :

Mais quand des plus diserts il aurait été
Roi,

Il serait, s’il était au monde,

Non bègue seulement mais muet devant toi.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Antoine Girard de Saint-Amant

Marc-Antoine Girard, sieur de Saint-Amant, est un poète français, né dans la banlieue de Rouen en septembre 1594 et mort à Paris en décembre 1661. Il est l'auteur de poèmes burlesques, satiriques ou lyriques.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Soyez l'inspiration comme Rimbaud, la passion comme Sartre, et commentez avec l'âme d'un poète.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La mort d’un chêne

Madrigal