Le cochon et le guêpier

Fable V, Livre IV.

Don pourceau, lâché dans la plaine,
S’émancipait à travers choux,
Flairant, fouillant dans tous les trous,
Et, dans l’espoir de quelque aubaine,
Mettant tout sens dessus dessous.
Du fait sa noble espèce est assez coutumière.
Or donc, après avoir ravagé maint terrier,
Saccagé mainte fourmilière,
Ecrasé mainte taupinière,
Mon galant va dans un guêpier
Donner la tête la première.
Vous devinez comment il y fut accueilli.
En un clin d’œil son nez immonde,
Par la peuplade furibonde,
De toutes parts est assailli.
Malgré l’épais abri du lard qui l’environne,
Ce pauvre nez paya pour toute la personne,
Et fut par l’aiguillon chatouillé jusqu’au bout.
Étourdis, prenez-y donc garde !
Vous voyez que l’on se hasarde
À mettre ainsi le nez partout.

Voter pour ce poème!

Antoine-Vincent Arnault Apprenti Poète

Par Antoine-Vincent Arnault

Antoine Vincent Arnault, né le 1ᵉʳ janvier 1766 à Paris et mort le 16 septembre 1834 à Goderville est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de poètes, où chaque mot compte, comme dans les vers de Mallarmé.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le chien et les puces

Le colimaçon