Le clip des os cassés

Me revient

l’image que vous savez

celle de Celui de Nazareth

dans ce lieu d’un lieu

qu’on appelait Palestine

quand il murmura entre lui

et Celui qui l’avait envoyé

ses dernières paroles d’homme

avant l’investiture que l’on sait

On raconte que dans sa faiblesse

il avait dit ceci et cela

mais qu’importe ce qu’il a dit

il suffit qu’il l’ait dit

dans ce lieu d’un lieu

qu’on appelle encore

Palestine

La souffrance

n’est pas une marchandise

Ô marchands de la souffrance

même en commerce

il y a le licite

et l’illicite

Quelqu’un d’entre vous

a-t-il déjà essayé de casser les os

d’un homme ?

D’un homme vivant, pas un macchabée

au sens propre, non figuré

les casser de sang-froid

minutieusement

pas avec les mains bien sûr

mais à l’aide d’un bon gourdin

ou mieux encore

d’une pierre de taille

ni trop grosse ni trop petite

juste ce qu’il faut

pour faire mouche

Ainsi, dans l’ordre

l’humérus, le radius et le cubitus

pour que le bras tombe

et ne puisse même pas ramasser un caillou

a fortiori le jeter

Puis les omoplates

dans le sens de la longueur et de la largeur

pour que les épaules ne soutiennent même plus

la poussière des chemins d’exil

Ensuite les côtes, une à une

pour que le poumon avale le cœur

éteigne sa flamme bleue

Imaginez que ce faisant

votre victime se laisse faire

ne pousse pas un seul cri

et se contente de relever la tête

à chaque coup

Imaginez…

Je plaisante

car vous avez tous vu

et le clip des os cassés

s’est bien vendu

Aujourd’hui

on admire même les assassins

eu égard au style

à l’audace

à l’impunité

Un nouvel art est né !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments