Viens, je te mettrai…

Viens, je te mettrai des boucles d’oreilles

de cerises

et je te montrerai les longues treilles

où volent des merles bleus et des grives.

Viens, c’est la saison des grandes chaleurs

et des fleurs.

Sur les fossés poudreux les carottes blanches

poussent : il y a encor deux ou trois pervenches.

Dans le fond des bois frais les oiseaux crient.

Le ciel cuit.

Dans les mares il y a des joncs longs,

et les grenouilles grises font des bonds.

Dans les endroits chauds et frais, vois les sources

qui sont douces.

Dans le terrain rouge, ou bien sur la mousse,

elles coulent près des abeilles rousses.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ceux qui meurent et Ceux qui combattent – IV. Une Nuit blanche

Bouquet