dans , ,

Elle avait emporté…

Elle avait emporté des brassées de lilas.

Et, comme elle partait couverte de printemps,

elle était comme un lys qu’un pollen ravissant

aurait poudré. Son front est lisse, un peu trop grand.

Les lilas qu’elle avait, elle les posa là.

Je me suis approché de ces fleurs fatiguées

d’avoir été tenues un moment dans ses bras.

Courbé comme un enfant de chœur par l’encensoir,

sur leur sombre parfum ma bouche s’est posée.

Elle a tendu la main et m’a dit au revoir.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments