L’onde tremble comme une moire

L’onde tremble comme une moire
De ténèbre à travers la nuit,
L’onde profonde, sourde et noire,
Où tout à coup la lune luit.

Du fond des eaux la lune attire
De pâles, longues, frêles fleurs,
Qui montent, s’ouvrent et se mirent
Dans son impalpable splendeur.

Mystérieusement écloses,
Comme un mortel pressentiment,
Dans l’onde et la lune elles posent
Leurs longs et pâles flambeaux blancs.

Il semble, au delà de la vie,
Et cependant à mon côté,
Que quelque être étrange m’épie,
Invisible dans la clarté.

La chanson d’Eve

Voter pour ce poème!

Charles Van Lerberghe Apprenti Poète

Par Charles Van Lerberghe

Charles Van Lerberghe, né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907, est un poète et écrivain symboliste belge francophone.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Je travaille

Tu me desplais, quoy que belle tu soys