Devant la maison de Théophile Gautier

Le poète dort : l’oiseau chante.

Mais, près du poète endormi,

La voix de l’oiseau, plus touchante,

Garde quelque chose d’ami.
Le poète est mort : la fleur brille.

Mais, près du poète, la fleur,

Dans la goutte d’eau qui scintille

Garde quelque chose d’un pleur.
Le poète attend : l’aube veille,

Qui, du ciel penchant les sommets,

Lui porte, de sa main vermeille,

Le laurier qui ne meurt jamais !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments