Je sais au profond de mon être…

Je sais, du profond de mon être,

Un coin plein d’immortelles fleurs,

Oasis où nul ne pénètre

Que le soleil et l’aube en pleurs.
Je sais un jardin plein de roses

Au coeur comme le mien ouvert,

Et qui, dans les hivers moroses,

Gardent un printemps toujours vert.
Elles sont rouges, et leur sève

Est comme un sang au mien pareil ;

Leur parfum flotte avec mon rêve

Dessus leur calice vermeil.
Sœurs vivantes de mes pensées,

Je les retrouve en moi toujours,

Toujours tremblantes et blessée

Au souffle amer de mes amours.
Alentour de leur tige frêle

Mes chansons viennent se poser

Et les font vibrer sous leur aile

Avec un bruit lent de baisers.
Que leur douceur me soit ravie,

Et je meurs désespérément.

Seule, leur ombre sur ma vie

A penché quelque enchantement.
Mon coeur saigne quand on les cueille,

– Saisi d’un caprice pervers,

C’estpour toi que je les effeuille

O toi pour qui j’écris ces vers !

Voter pour ce poème!

Armand Silvestre Apprenti Poète

Par Armand Silvestre

Découvrez les œuvres poétiques de Armand Silvestre, ou Paul-Armand Silvestre écrivain français, romancier, poète, conteur, librettiste et critique d'art, né le 18 avril 1837 à Paris, mort le 19 février 1901 à Toulouse.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez la muse vous guider, comme elle l'a fait pour Lamartine. Commentez et émerveillez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le départ

A Fanny (II)