Astarté

À FEYEN PERRIN
Celle qui tord au vent sa lourde chevelure

Où le rouge soleil a laissé sa brûlure,

Avant que de descendre aux gouffres de la mer,

C’est Astarté, la fille implacable de l’onde,

L’immortelle Beauté qui torture le monde,

Dont la lèvre, en douleurs comme en plaisirs féconde

A gardé pour nos pleurs le sel du flot amer.
Mai 1881.

Voter pour ce poème!

Armand Silvestre Apprenti Poète

Par Armand Silvestre

Découvrez les œuvres poétiques de Armand Silvestre, ou Paul-Armand Silvestre écrivain français, romancier, poète, conteur, librettiste et critique d'art, né le 18 avril 1837 à Paris, mort le 19 février 1901 à Toulouse.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Le silence est l'ennemi de la poésie. Libérez votre voix, comme Baudelaire dans un jardin des mots.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Nuit septième

Ce que Dit L’homme de Peine