Vieille maison

Dans le vieil hôtel catholique

J’aime surtout la grande cour

Où veille un fantôme de tour

Sur lequel un lierre s’applique.
Un platane mélancolique

Y garde avec un vague amour

Une urne à l’austère contour

Où dort, sans doute, une relique
Dans sa niche aux coins vermoulus

La vieille Pomone n’a plus

De fruits à sa tête meurtrie.
Et l’âme des siècles défunts

Flotte là parmi les parfums

De mainte rose défleurie !

Toulouse, 15 août 1881.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments