Éloge de la lyre

A SILVAIN.
I
La Lyre est l’amie éternelle !

L’Art montre l’éternel chemin !

Tout bonheur durable est en Elle,

En Lui git tout l’honneur humain !

Aux saintes cordes de la Lyre

Vibre, après l’amoureux délire,

Le réveil de notre fierté.

A notre coeur même arrachées,

Elles chantent, sitôt touchées.

Un hymne d’immortalité !
II
La Lyre est la porte fermée

Qui garde le jardin des cieux :

Par Elle à notre âme charmée

S’ouvre un séjour délicieux.

Comme un chasseur qui tend ses toiles,

Le poète prend des étoiles

Au réseau de ses cordes d’or ;

Et, des planètes effarées

Volant les ailes déchirées,

Fuit dans l’azur plus haut encor !
III
Sonore, éclatante et vermeille,

Oiseau chantant, flambeau qui luit,

La Lyre à l’Aurore est pareille,

Chassant les ombres de la Nuit.

Aux ténèbres du coeur levée,

Souriante et de pleurs lavée,

Elle monte en resplendissant,

Et, sur nos têtes suspendue,

Fait flamboyer, dans l’étendue,

Nos larmes avec notre sang !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments