Ultima gloria

Du grand rêve païen par les âges déchue,

Femme, cette douceur amère t’est échue

De garder, sur ton front cher et découronné,

Rameau toujours vivant, le laurier de Daphné.
Si tu n’es plus debout, aux temps durs où nous sommes

Entre l’amour des Dieux et le culte des hommes,

Les poètes du moins, te gardant de l’affront,

Devant tes pieds sacrés courbent encor le front.
Sous le désir troublé dont l’effroi les tourmente,

Ils ne t’appellent plus leur soeur ou leur amante,

Mais regardent, pensifs, luire dans ta Beauté

Le dernier rayon d’or de l’immortalité !

Voter pour ce poème!

Armand Silvestre Apprenti Poète

Par Armand Silvestre

Découvrez les œuvres poétiques de Armand Silvestre, ou Paul-Armand Silvestre écrivain français, romancier, poète, conteur, librettiste et critique d'art, né le 18 avril 1837 à Paris, mort le 19 février 1901 à Toulouse.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se nourrit de vos réflexions. Laissez un peu de vous sur nos pages.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ma langue n’a pas de couleur

Terreur