Bilbao

Nous arrivons bien avant l’aube dans la rade de

Bilbao
Une crique de montagnes basses et de collines à contre-jour noir velours piqué des lumières de la ville
Ce décor simple et bien composé me rappelle et au risque de passer pour un imbécile puisque je suis en

Espagne je le répète me rappelle un décor de

Picasso
Il y a des barquettes montées par deux hommes seulement et munies d’une toute petite voile triangulaire qui prennent déjà le large
Deux marsouins font la roue
Dès que le soleil se lève de derrière les montagnes
Ce décor si simple
Est envahi
Par un déluge de couleurs
Qui vont de l’indigo au pourpre
Et qui transforment

Picasso en expressionniste allemand
Les extrêmes se touchent

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments