Trois jours de Christophe Colomb

‘En Europe ! en Europe ! Espérez Plus d’espoir !
Trois jours, leur dit Colomb, et je vous donne un monde.’
Et son doigt le montrait, et son oeil, pour le voir,
Perçait de l’horizon l’immensité profonde.
Il marche, et des trois jours le premier jour a lui ;
Il marche, et l’horizon recule devant lui ;
Il marche, et le jour baisse. Avec l’azur de l’onde
L’azur d’un ciel sans borne à ses yeux se confond.
Il marche, il marche encore, et toujours ; et la sonde
Plonge et replonge en vain dans une mer sans fond.

Le pilote, en silence, appuyé tristement
Sur la barre qui crie au milieu des ténèbres,
Écoute du roulis le sourd mugissement,
Et des mâts fatigués les craquements funèbres.
Les astres de l’Europe ont disparu des cieux ;
L’ardente Croix du Sud épouvante ses yeux.
Enfin l’aube attendue, et trop lente à paraître,
Blanchit le pavillon de sa douce clarté.
‘Colomb, voici le jour ! le jour vient de renaître!
Le jour! et que voistu ? je vois l’immensité, ‘

Qu’importe! il est tranquille… Ah! l’avezvous pensé ?
Une main sur son coeur, si sa gloire vous tente,
Comptez les battements de ce coeur oppressé
Qui s’élève et retombe, et languit dans l’attente…

Le second jour a fui. Que fait Colomb ? il dort
La fatigue l’accable, et dans l’ombre on conspire.
‘Périratil ? Aux voix : La mort ! la mort! la mort !
Qu’il triomphe demain, ou, parjure, il expire.’
Les ingrats ! quoi ! demain il aura pour tombeau
Les mers où son audace ouvre un chemin nouveau !
Et peutêtre demain leurs flots impitoyables,
Le poussant vers ces bords que cherchait son regard,
Les lui feront toucher, en roulant sur les sables
L’aventurier Colomb, grand homme un jour plus tard !…

Soudain, du haut des mâts descendit une voix :
‘Terre ! s’écriaiton, terre ! terre ! … ‘ Il s’éveille ;
Il court. Oui, la voilà ! c’est elle, tu la vois !
La terre !… Ô doux spectacle ! ô transports ! ô merveille !
Ô généreux sanglot qu’il ne peut retenir !
Que dira Ferdinand, l’Europe, l’avenir ?
Il la donne à son roi, cette terre féconde ;
Son roi va le payer des maux qu’il a soufferts :
Des trésors, des honneurs en échange d’un monde,
Un trône, ah ! c’était peu !… Que reçutil ? Des fers.

Les Messéniennes

Voter pour ce poème!

Casimir Delavigne Apprenti Poète

Par Casimir Delavigne

Casimir Jean François Delavigne, né le 5 avril 1793 au Havre et mort le 11 décembre 1843 à Lyon, est un poète et dramaturge français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de poètes, où chaque mot compte, comme dans les vers de Mallarmé.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

N’ayez point pitié

Janvier est revenu. Ne crains rien, noble femme !