La mort

Oh ! que sa main est petite et blanche !
On dirait une fleur qui penche…

Elle repose, elle dort,
Elle a touché la mort,

Elle est vide, et toute légère,
Elle a accompli son sort sur la terre.

Tu peux la prendre, ô Seigneur !
Elle a touché le bonheur…

La lune brille sur son visage,
Et ses yeux sont pleins de nuages.

Sa bouche pose, entrouverte et paisible,
Comme au bord d’une coupe invisible.

On a couché ses longs bandeaux
Comme des blés sous une faulx.

Lentement, sans bruit, sans secousse,
La porte s’ouvre sur la nuit douce…

Entrevisions

Voter pour ce poème!

Charles Van Lerberghe Apprenti Poète

Par Charles Van Lerberghe

Charles Van Lerberghe, né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907, est un poète et écrivain symboliste belge francophone.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez-vous emporter par le flux de la créativité. Écrivez, commentez, partagez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Calme des plantes

Le soleil sur les pierres