Bestiaire des chevaux marchant au même pas

Gris chevaux ombrageux marchant de compagnie votre mort et ma mort s’en vont au même pas Les ricochets sur l’eau des musiques de nuit vont caresser la joue que j’embrasse tout bas

Mais les marées du jour emporteront ton corps et le mien confondus Traces de nos pieds nus vous fuirez sous l’écume et les glissants efforts des vagues un instant leur souffle retenu

Les deux chevaux songeurs s’écarteront tous deux double piste aux halliers des forêts sans mémoire Votre mort et ma mort rejoueront double jeu ignorant la chanson et le plaisir d’un soir.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments